izmir escort
gaziantep escort
manavgat escort manavgat escort bayan belek escort manavgat escort escort manavgat seks hikaye sex hikaye side escort eryaman escort sex hikaye

yatırım şartsız deneme bonusu veren siteler

mersin escort

Rabbin Eric Grossman

L’été précédant ma première année à Akiva, j’ai appelé mon amie, mentore et prédécesseure Cooki Levy, z »l, pour lui demander si elle savait pourquoi notre fondateur, le rabbin David Hartman, z »l, avait choisi de nommer notre école Akiva.  À ce moment-là, je connaissais Cooki depuis plus de 20 ans et, autant que je m’en souvienne, chaque fois que je lui posais une question, elle connaissait la réponse.  Vous pouvez imaginer ma surprise lorsque, après une longue pause, elle a répondu : « Vous savez, je n’en ai aucune idée ».  Ce à quoi elle a rapidement ajouté : « Laissez-moi demander à Barry ! »

Le grand sage rabbinique Rabbi Akiva (vers 50-135 de l’ère chrétienne) est peut-être plus connu pour avoir déclaré : « Aime ton prochain comme toi-même – c’est le principe central de la Torah. » (Talmud Yerushalmi, Nedarim 30:2).  Cooki et moi, avons ensuite émis l’hypothèse que l’élévation par Rabbi Akiva de l’amour de l’autre au-dessus de toutes les valeurs juives correspondait à la communauté pluraliste et bienveillante que Rabbi Hartman recherchait pour son école.

Cooki Levy z’l et l’Akiva Haggadah

Lorsque Cooki a vérifié auprès de son mari, le rabbin Dr Barry Levy (également ancien directeur d’Akiva), il n’était pas non plus certain de la réponse.  Il a suggéré un lien moins évident :  Rabbi Akiva a été témoin de la destruction de Jérusalem et de son Temple, et de ce que l’on craignait être la fin du judaïsme et du peuple juif.  Mais alors que d’autres regardaient la dévastation avec désespoir, Rabbi Akiva était joyeux et optimiste, consacrant son énergie non pas à pleurer le passé, mais à reconstruire un nouveau judaïsme pour l’avenir.  En fondant son école à peine 20 ans après l’Holocauste, le rabbin Hartman a adopté l’optimisme de Rabbi Akiva et s’est concentré sur la création d’une école qui reconstruirait une nation et une foi juives, vibrantes et joyeuses.

L’optimisme de Rabbi Akiva est visible dans la bénédiction centrale de la Haggadah, dont il est partiellement l’auteur.  Le Talmud rapporte (Pesachim 116b) qu’un autre sage, Rabbi Tarfon, a suggéré que la bénédiction soit : « Béni sois-tu, ô Dieu, qui nous a rachetés, et qui a racheté nos ancêtres d’Égypte ».  Et bien que Rabbi Akiva ait accepté cette bénédiction, il a rejeté sa focalisation exclusive sur le passé.  Il a donc ajouté ce texte aux paroles de Rabbi Tarfon :

…et de même, Dieu nous permettra de célébrer les futures fêtes et célébrations de la paix, joyeux dans la construction de Ta ville et heureux dans Ton culte… et nous Te remercierons par un nouveau chant célébrant notre rédemption et sur la restauration de nos âmes. Béni sois-tu, Seigneur, toi qui as racheté Israël !

Rabbin Akiva

Selon Rabbi Akiva, si nous reconnaissons la signification de l’Exode dans notre bénédiction, nous ne devons pas penser que la grandeur du salut de Dieu réside dans le passé d’Israël.  Les meilleurs moments, affirme Rabbi Akiva, sont encore à venir, et les plus grands moments de célébration et de bonheur juifs, ainsi que la rédemption de Dieu, sont à venir.  Le peuple juif a adopté l’optimisme de Rabbi Akiva ; c’est sa version qui apparaît dans nos Haggadot.

Au seuil de Pessah 5781, nous voyons les premiers signes de la rédemption, la fin d’une année de tristesse, de maladie et de souffrance, et le début d’une nouvelle ère de joie, de lumière et de vie.  Rabbi Akiva a regardé depuis les profondeurs les plus sombres de l’histoire juive avec positivité et détermination.  Que sa disposition, ses actes et ses paroles nous inspirent à regarder notre propre avenir avec courage et optimisme.  Que sa bénédiction soit notre bénédiction, et que la rédemption vienne rapidement pour nous, le peuple juif, et le monde.

Karynne, Ezra, Max et moi-même souhaitons à toute la famille Akiva un chag Pesach kasher v’sameach.

Rabbin Eric Grossman